L'hgh Fragment 176-191

G

guest

Guest
Petit retour sur le frag après une semaine je suis entre 750 à 1000mcg, je trouve que j'ai un sommeil de meilleur qualité, et j'ai trouver que ma peaux c'était bien affiner sur le bas du ventre, seul point négatif je transpire beaucoup la nuit depuis que j'ai commencer.
 

Nyto

Well-Known Member
Tu n'est pas un peu bas en dosage poto?
Il me semble que c'est 250mcg par jour soit 1750mcg à la semaine, à moins que tu joue la prudence, ou autres raison éventuellement..:)
 
G

guest

Guest
Tu n'est pas un peu bas en dosage poto?
Il me semble que c'est 250mcg par jour soit 1750mcg à la semaine, à moins que tu joue la prudence, ou autres raison éventuellement..:)

je suis par jour entre 750 mcg à 1000 mcg :Ddonc au dosages maxi poto car généralement c'est 500 mcg soit 2x 250 mcg
 

Nyto

Well-Known Member
Ah ok j'avais compris à la semaine, et oui c'est vrai que le dosage moyen c'est 500mcg par jour et non 250mcg!
Trop hardcore le poto!:p
 

Krepo

Active Member
La difference entre GHRP 2 ou 6 c'est que elles ont un effets plus ou moins large, mais quand tu fait un stack CJ no dac x GHRP6 cela a un effet plus large non ?
Si tu prend du GHRP 2 ou hexarelin tu diminue le panel d'effet mais au moins tu es plus ciblé mais je ne comprend pas l'interet.
Peut tu m'éclairer
 

JRC3PO

Well-Known Member
Hexareline : C'est le plus puissant des GHRP, il induit la plus forte production de GH mais c'est celui qui augmente le plus la prolactine et le cortisol, il provoque aussi une désensibilisation (temporaire) des récepteurs au bout d'un moment et ne fonctionne plus aussi bien.

GHRP-2 : C'est le deuxième plus puissant, il peut aussi provoquer une augmentation de la prolactine et du cortisol mais moins que Hexarelin et il donne légèrement faim.

GHRP-6 : C'est le troisième plus puissant, il peut provoquer une augmentation de la prolactine et du cortisol mais moins que le GHRP-2, par contre il donne très faim.

Ipamorelin : Théoriquement aussi puissant que le GHRP-6 (dans les fait, les utilisateurs le trouvent moins puissant) il ne provoque aucun effet secondaire.

GHRP (etude+utilisation)
 

nikouly

Well-Known Member
Voici un extrait d'article issu d'un autre forum bien connu de certains...
A l'époque, on s'est amusé à décortiquer et à débattre de tout ça avec le traducteur de l'article.
Si vous voulez le lien demandez le moi en MP, à moins que j'ai le droit de le mettre?
Je demande la permission @DIVER @kalimero @kgil , je peux?

Un bref résumé des dosages et des protocoles d'administrationDosage des GHRPs

La dose de saturation des GHRPs dans la plupart des études (GHRP-6, GHRP-2, Ipamoréline & Hexarelin) a été définie à 100mcg ou 1mcg/kg.

Cela veux dire que 100mcg saturera entièrement les récepteurs. Mais si vous ajoutez 100mcg à cette dose, seulement 50% de cette nouvelle portion sera efficace. Si vous ajoutez encore 100mcg à cette dose (de 200mcg donc), seulement 25% de ces 100 nouveaux mcg seront efficaces. Peut être que 100mcg supplémentaires pourraient encore ajouter un "petit plus" mais ce serais négligeable.

Ainsi, 100mcg est la dose de saturation mais il est possible d'aller jusqu'à 300 voir 400mcg pour obtenir un léger gain d'effets.

Une dose de 500mcg ne sera pas plus efficace qu'une dose de 400 mcg, peut être pas plus efficace non plus qu'une de 300mcg.
(Note: Il faut comprendre qu'au dela de 100mcg, les gains sont vraiment minimes. Il y a plus de risques que d'effets souhaitables à utiliser de grosses doses).

Les problèmes potentiels (notamment liés aux grosses doses) sont les risques de désensibilisation et les effets secondaires liés à l'augmentation du taux de cortisol/prolactine.

Ipamoréline est aussi efficace que le GHRP-6 au niveau de ses effets sécrétagogues sur la gh mais en plus de cela, il n'augmente pas les taux de cortisol et de prolactine, même à la dose de saturation (100mcg, voir ci-dessus).
[Note: l'ipamoréline est la dernière génération de GHRP. Elle est agoniste sélective sur les GHRP-récepteurs --> augmentation du taux de gh mais pas du taux de cortisol et de prolactine).

A la dose de saturation (100mcg), on a pas réellement démontré d'augmentation du taux de cortisol et de prolactine avec le GHRP-6. Néanmoins, à des doses légèrement plus élevées, le taux de cortisol/prolactine augmente. Ces taux restent dans des "fourchettes" dites normales.

Le GHRP-2 est un petit peu plus efficace que le GHRP-6 au niveau de son action sécrétagogue sur la gh. Par contre, à des doses de saturation ou supérieures, il peut se produire une augmentation modérée du taux de cortisol et de prolactine.
Malgré cette hausse, les taux de cortisol et prolactine restent dans une "fourchette" normale.
Mais des doses de GHRP-2 supérieures (comprises entre 200 et 400mcg) peuvent élever le taux de prolactine et de cortisol au delà des limites normales !

L'Hexaréline est le plus efficace de tous les GHRPs dans son action sécrétagogue de la gh.
Cependant, c'est aussi le GHRP qui augmente potentiellement le plus les taux de cortisol et de prolactine.
Les taux de cortisol et de prolactine peuvent être augmentés au delà de la normale et ce, même à partir de la dose de saturation de 100mcg.


Désensibilisation

Le GHRP-6 peut être utilisé à la dose de saturation (100mcg) trois ou quatre fois par jour sans risque de la désensibilisation.

Le GHRP-2 utilisé à des doses de saturation plusieurs fois par jours n'aboutira probablement pas à une désensibilisation.

Il a par contre été démontré que l'utilisation d'Hexaréline provoquait une désensibilisation.
Mais au long de l'étude à long terme, l'hypophyse a retrouvé sa sensibilité. Il n'y a donc pas de perte de sensibilité à long terme aux doses de saturation. Cependant, l'Hexaréline utilisée trois fois par jours à la dose de saturation (100mcg) mènera probablement rapidement (~14 jours) à une baisse de la régulation de gh (début de désensibilisation).

Pour résumer, l'Hexaréline peut entrainer une désensibilisation temporaire.

Si pendant l'utilisation de n'importe lequel de ces GHRPs, un phénomène de désensibilisation survient, il suffit d'arrêter son utilisation pendant plusieurs jours afin de remédier à cet effet.

L'utilisation chronique de GHRP-6, dosé à 100mcg, plusieurs fois par jours ne causera pas de problèmes hypophysaires, pas de problèmes liés aux taux de cortisol/prolactine et pas de désensibilisation.


GHRH

Que ce soit la Sermorelin (fragment de GHRH pour rappel = GRF [1-29]) ou la GHRH entière (GHRH [1-44]), ces peptides ont une courte durée de demi-vie plasmatique qui est dûe à un clivage (segment) court entre le 2ème et 3ème acide aminé.

Dans l'organisme, ce très court temps de demi-vie n'est pas un problème puisque la GHRH endogène, sécrétée au niveau de l'Hypothalamus, voyage d'une distance très courte jusqu'à l'anté-hypophyse et n'est pas vraiment sujette au clivage enzymatique.

Depuis sa sécrétion dans l'hypothalamus, la GHRH voyage rapidement jusqu'aux cellules somatotrophes de l'hypophyse où elle y exerce sa fonction sécrétagogue.

Cependant, lorsque ces GHRH à courte demi-vie sont injectées dans l'organisme, le temps qu'elles atteignent l'hypophyse via la circulation sanguine (plus de 3 minutes), elles sont déjà dégradées.

C'est pourquoi la GHRH utilisée sous ces formes à courte demi-vie (GHRH [1-44] et Sermorelin = GRF [1-29] pour rappel) doivent être hautement dosées pour obtenir un effet.


Analogues de la GHRH

Tous les analogues de la GHRH ont subi un remplacement de l'Alanine par la D-Alanine (forme Dextro) en seconde position. Cette modification rend le peptide plus résistant en limitant le clivage présent à cette position dans la version naturelle (voir plus haut). Les analogues de la GHRH seront donc plus efficaces et pourront être injectés à des doses plus faibles.

L'analogue tetrasubstituted GRF [1-29] (ou modified GRF [1-29]) parfois appelé CJC-1295 sans le DAC a subit d'autres modifications au niveau de sa séquence d'acides aminés. Il possède un glutamine (Gln ou Q) en position 8, un alanine (Ala ou A) en position 15 et un leucine (Leu ou L) en position 27.

L'alanine en 8ème position augmente la biodisponibilité de la molécule. Quant aux deux autres substitutions d'acides aminés, elles améliore le processus de fabrication (i.e. stabilité pour utilisation industrielle).

Pour l'utilisation in vivo chez l'homme, l'analogue de la GHRH appelé modified GRF [1-29] (encore appelé tetrasubstituted GRF [1-29] ou CJC-1295 sans le DAC) est un peptide très efficace avec une demi-vie probablement supérieure à 30 minutes.

C'est assez long pour être totalement efficace.

La dose de saturation est également définie à 100mcg.


Problèmes avec l'utilisation de GHRH seuls

Le problème avec l'utilisation de la GHRH (et même avec les analogues de la GHRH plus efficaces) est qu'ils sont efficaces QUE lorsque le taux de somatostatine (hormone inhibitrice de la GH) est bas.
Donc si vous administrez par malchance de la GHRH à un moment où le taux de somatostatine est haut (figure de la cuvette sur les graphiques représentant les vagues pulsatiles de GH), l'effet sécrétagogue de la GHRH sera très réduit. Peu de GH sera sécrétée.
Par contre, si vous avez de la chance et que vous administrez de la GHRH au moment d'une vague sécrétoire naturelle de GH (taux de somatostatine bas logiquement), l'effet sécrétagogue de la GHRH sera effectif: augmentation de la sécrétion de GH.


La solution: GHRP + analogues de la GHRH

La solution à ce problème est simple et très efficace. Il faut administrer un analogue de la GHRH en combinaison avec un GHRP.
Le GHRP créé une pulsion sécrétoire de GH (rôle initiateur). Ceci se fait par plusieurs mécanismes.
Un des mécanismes est la diminution de la sécrétion de somatostatine par l'hypothalamus (donc effet inhibiteur sur la sécrétion de somatostatine).
L'autre mécanisme est la diminution de l'influence de la somatostatine au niveau de l'hypophyse (l'hypophyse est moins sensible à la somatostatine, donc moins de réponse inhibitrice sur la GH).
Encore un autre effet des GHRPs est d'augmenter la sécrétion de GHRH dans le cerveau.

Au final, les GHRPs agissent, eux aussi, sur les cellules somatotrophes de l'hypophyse, tout comme la GHRH mais ils utilisent un mécanisme différent (Note: Et d'après certaines études, agissent par le biais de récepteurs différents !) pour augmenter la formation de cAMP (Adénosine Monophosphate Cyclique) qui lui même, augmentera la synthèse de GH par les cellules somatotrophes.

La GHRH possède, elle aussi, des mécanismes qui renforcent l'action des GHRPs.
Le résultat: une action synergique des deux substances se renforçant mutuellement dans leur fonction sécrétagogue.

Les effets de ces deux substances ne sont donc pas additionnels mais synergique. Cela signifie que:

Si la GHRH, à elle seule, augmente la sécrétion de GH d'une valeur 2
Et les GHRP, à eux seuls, augmentent la sécrétion de GH d'une valeur 5

Ensembles, la sécrétion de GH ne sera pas augmentée de 7 (5+2) mais de l'ordre de 16 !


Un protocole solide

Un protocole intéressant serait d'utiliser un GHRP + un analogue de la GHRH:
- Avant de dormir pour "soutenir" la sécrétion naturelle nocturne
et
- De temps en temps pendant la journée afin de créer des pulsions sécrétoires supplémentaires.

[NOTE: Personnellement, si je suis en bonne santé, que mes axes endocriniens marchent bien naturellement, j'éviterais de créer une sécrétions de GH avant de dormir, qui pourrait interférer avec ma production naturelle. Mais ce n'est qu'un avis.

Pour une utilisation à but "anti-âge", provoquer une pulsion sécrétoire avant de dormir est suffisante. Le sommeil étant le moment propice à une récupération optimale et à une fortification de l'organisme.
Pour un adulte âgé de plus de 40 ans, il est important de rétablir son taux de GH à des niveaux optimaux.

Bien sûr, pour du bodybuilding, de la perte de masse grasse ou des effets réparateurs, des administrations multiples peuvent être efficaces.

Les analogues de la GHRH peuvent être utilisés de 100mcg à des doses aussi élevées que vous le voulez sans problèmes.

Concernant les GHRPs, il faut faire un peu plus attention.

Le GHRP-6 peut être utilisé à des doses de 100mcg sans problèmes. Mais des doses de 200mcg (100 mcg de plus que la dose de saturation pour rappel) peut être excellente également.

Encore une fois, la désensibilisation est quelque chose qu'il faut surveiller. En particulier avec des doses élevées de GHRP-2 et avec n'importe quelle dose d'Hexaréline.

Ainsi: 100 à 200mcg de GHRP-6 + 100 à 500mcg d'analogue de la GHRH pris ensembles seront efficaces.

Cette combinaison peut être utilisée plusieurs fois par jour pour être hautement efficace.

Une approche solide et un peu plus conservatrice consisterait à utiliser: 100mcg de GHRP-6 + 100mcg d'un analogue de la GHRH et ce, une, deux, trois voir quatre fois par jour.

Lors de multiples utilisation par jour, 3 heures doivent séparer les différentes administrations.

Une injection unique, le soir avant de dormir, restaurera un taux de GH normal chez les sujets subissant une diminution de la sécrétion naturelle dû à l'âge.
Des injections multiples et/ou à des doses plus élevées augmenteront les taux de GH et d'IGF-1 et, couplé à une diet et de l'exercice, permettront un gain de masse sèche et une diminution de la masse grasse.


Administration et apport alimentaire

Idéalement, l'administration devrait être faite à jeun, estomac vide ou avec seulement un apport protéiné.
Les graisses et les hydrates de carbones freinent la sécrétion de GH.
Il est donc préférable d'administrer le peptide, d'attendre à peu près 20 minutes (pas plus de 30 minutes mais pas moins de 15) pour manger.
A ce moment là, la sécrétion de GH atteint son sommet (pic plasmatique) et vous pouvez manger ce que vous voulez.
 

JRC3PO

Well-Known Member
Exactement, la source de savoir c'est pas moi c'est les forums où j'ai lu les info, moi je réponds vite fait mais vous feriez mieux de trouver les réponses par vous même, vous tomberiez sur ce genre d'article et en les lisant entier vous tomberiez sur des réponses à des questions très intéressantes que vous ne vous êtes pas encore posées.

L'avantage de chercher plutôt que de poser une questions c'est que tu vas tomber sans faire exprès sur d'autres info très intéressantes que tu ne cherchais pas forcément au départ.
 

nikouly

Well-Known Member
exactement, c'est comme ça aussi que je fonctionne, et à force de recherches, on apprend...
 
G

guest

Guest
Exactement, la source de savoir c'est pas moi c'est les forums où j'ai lu les info, moi je réponds vite fait mais vous feriez mieux de trouver les réponses par vous même, vous tomberiez sur ce genre d'article et en les lisant entier vous tomberiez sur des réponses à des questions très intéressantes que vous ne vous êtes pas encore posées.

L'avantage de chercher plutôt que de poser une questions c'est que tu vas tomber sans faire exprès sur d'autres info très intéressantes que tu ne cherchais pas forcément au départ.
AMEN;)
 

Krepo

Active Member
Reconnaissais que sur les peptides c'est un peu plus compliqué de trouver des bonnes infos et dès retour les d'expérience clair.
Enfin c'est mon avis/impression
 

JRC3PO

Well-Known Member
Non sérieux faut chercher un peu mais ya tout, bah la preuve, tout ce que je te dis sur les peptides je l'ai lu sur les forums.
 

Nosferatus

New Member
Hello Messieurs,

Une question qui parait un peu simplette mais bon y a pas de raison de mourir un peu moins demeuré....

Je me posais une question très simple mais importante pour mes connaissances de nv sur le forum.

Les peptides se font par des injections intramusculaire ou juste sous cutanée?

Car je lis sur le forum que certains se piquent dans le ventre c'est à dire sous cutanée donc avec des aiguilles à insuline je suppose et d'autres dans les muscles donc je suppose avec des aiguilles plus longues pour faire du intramusculaire.

Merci pour votre réponse et votre temps.
 

JRC3PO

Well-Known Member
Tu peux faire les deux, la plupart du temps, l'intramusculaire permet d'avoir plus de produit et plus rapidement dans le corps.

Mais il y a d'autres facteurs qui jouent en faveur d'une méthode plutôt que l'autre.

La GH par exemple peut brûler la graisse à l'endroit ou elle est injectée en sous cutané, par contre elle peut aussi faire de la rétention d'eau à cet endroit, donc faut choisir.

Il y a d'autres produit comme l'insuline qui font stocker de la graisse à l'endroit de l'injection sous cutané, mais pas le choix, il ne faut pas la faire en intra musculaire car elle pourrait arriver trop vite dans le sang et provoquer une hypoglcémie.

Donc il faut quand même se renseigner sur chaque produit, on ne peut pas vraiment généraliser.
 

vladz

New Member
salut a tous, est ce que quelqu'un a eu des problèmes de gynéco avec la prise d'hexarelin?
il me semble que j'ai eu quelques effet néfastes après j'ai peut être un peu surdosé au début car je préfère me faire ma propre expérience et tâtonné pour trouver la bonne formule. J'ai lu que c'était peut être du a l'augmentation du niveau de prolactine
 

Krepo

Active Member
Au niveau de la cure c'est pareil ! Faut faire du un mois on et 15 jours off et ainsi de suite !
Il me semble que rester on tout le temps ne sert pas à grand chose car tes récepteur son saturé et pour pout ce qui est de dépassé les 3 inject jour à 100 mcg ne donne pas beaucoup plus de résultats
:)
 

vladz

New Member
ok et donc il faut prendre une protection avec?
Je n'est pas lu concrètement de combinaison sur les post parlant de cela
 

Publicité Stéroïdes

Haut